mercredi 20 mars 2019

Les Zinfandels uniques de Turley Wine

Oui, j’ai beaucoup aimé les vins de la maison Turley Wine que j’ai goûtés récemment, mais quand je parle de vins uniques, c’est tout d’abord en référence à leur production. Le propriétaire, Larry Turley, a travaillé de nombreuses années comme médecin de salle d’urgence avec de se lancer comme vigneron. Turley Wine est son second projet viticole démarré en 1993 avec l’idée de produire des vins de très vieilles vignes de zinfandel, son cépage fétiche. Et voici ce que cela donne 26 ans plus tard.


Il produit aujourd’hui 50 cuvées différentes provenant de 47 vignobles situés un peu partout en Californie. 70% de ceux-ci sont en propriété ou sous bail d’exploitation à long terme. Leur particularité commune est d’être plantés de vignes âgées de plus de 50 ans et même, pour 14 d’entre eux, de plus de 100 ans. Oui, même si on est dans le nouveau monde, on y trouve quand même de très vieilles vignes. Il existe d’ailleurs une association, Historic Vineyard Society, dont la mission est de recenser et de protéger les vignobles possédant des vignes de plus de 50 ans. Il faut les protéger car celles-ci sont  bien sûr beaucoup moins rentables à opérer en raison de leurs très faibles rendements (le rendement d’une vigne commence à baisser sérieusement passé 35 ans d’âge) et des grands besoins de main d’œuvre requis pour leur exploitation. Pour ces raisons, ces vignes sont souvent menacées par des projets de développement immobilier, évidemment bien plus rentables.

Cristina Turley
Autant de vignes de plus de 100 ans ont pu résister à l’épidémie de phylloxéra car elles sont situées dans des zones isolées des grands vignobles avec une biodiversité de cultures remarquable.  Les vignes préphylloxériques sont bien entendu non greffées. La majorité des vins de Turley Wine sont des cuvées parcellaires, principalement de zinfandel. Ils sont tous différents car les vignes sont situées sur des terroirs différents, ont des vignes d’âges différents, qui en plus sont souvent complantées avec quelques vieux plants d’autres cépages secondaires, par exemple de la petite sirah, du grenache et même parfois des cépages blancs, comme dans la vallée du Rhône. D’où la notion de cuvées uniques dont je vous parlais au début de ce billet, réalisé suite à une dégustation de presse en compagnie de Mme Christina Turley, organisée par l’agence Trialto qui représente Turley Wine au Québec. Parlons maintenant des vins dégustés à cette occasion.

Quelques points techniques pour commencer. Tous les vins de Turley Wine sont fermentés avec les levures indigènes et sont vendangés assez tôt pour préserver l’acidité naturelle, évitant ainsi de devoir les acidifier. Les élevages se font en barriques de chêne avec 20% de fûts neufs.

Parmi les quelques cuvées d’assemblage de plusieurs vignobles, on trouve le Turley Wine Juvenile Zinfandel. Comme son nom l’indique, celle-ci provient de jeunes pieds de vignes (de 6 à 35 ans d’âge). Ce sont les ceps qui ont été plantés en remplacement, lorsque de vieux ceps meurent. Ces jeunes pieds sont marqués pour être récoltés séparément et leurs raisins regroupés finissent dans le Turley Juvenile. Nous avons goûté les millésimes 2015 et 2016, deux vins très différents. L’année 2015 plus fraîche a produit un rouge plus pâle et étonnamment léger pour un zin. Personnellement, j’ai préféré le 2016, plus sombre, plus concentré, généreux et soyeux en bouche, mais avec une belle fraîcheur et une pureté de fruit renversante.

Le Old Vines Zinfandel 2015 est un autre vin d’assemblage, mais lui provient de 15 vignobles de 41 à 129 ans d’âge situées dans toutes les régions de Californie. Ce sont, soit des vignes trop petites pour produire leur propre cuvée, ou encore des vignes trop récemment acquises pour maîtriser la production d’une cuvée parcellaire. Un très beau vin avec de la profondeur, là encore une pureté de fruit remarquable, notamment pour la très belle et longue finale.

Le Fredericks Vineyard Zinfandel 2015 vient d’un vignoble de Sonoma Valley, planté en 1937 à plus de 900 pieds d’altitude et dont les vignes sont en terrasses. Cela donne un excellent vin avec trois petits cœurs sur ma note de dégustation : très sombre, intense et superbement fruité, très soyeux en bouche et avec un équilibre parfaitement maîtrisé malgré les 15% d’alcool.

Mais mon vin préféré de cette soirée fut le Turley Wine Cedarman Zinfandel 2015, qui provient de 2 vignobles situés au sommet d’Howell Moutain. Rattlesnake Ridge et Dragon Vineyards sont plantés à 2600 pieds d’altitude, dans Napa Valley. À une telle hauteur, les écarts de température sont plus extrêmes, on y a même parfois de la neige en hiver. Fait principalement de zinfandel avec un peu de petite sirah, le Cedarman est un vin Wow, une cuvée de méditation à savourer tranquillement. Texture majestueuse, beaucoup de profondeur et toute une richesse de saveurs, j’ai écrit fruité magique dans mes notes. Le plus étonnant est que malgré sa générosité et sa richesse, j’ai perçu une petite touche minérale, quasiment incroyable dans un zinfandel. Quand je disais cuvées uniques, mais quel dommage qu’il soit si difficile de s’en procurer… Malheureusement, la dernière bouteille s’est écoulée avant que je puisse en acheter… 

À la bonne vôtre !

Alain P.

<< Article précédent    Bon anniversaire au Riesling


Aucun commentaire:

Publier un commentaire