jeudi 16 novembre 2017

Beaujolais et autres vins nouveaux, l’art de la fête en toute simplicité

L’arrivée du Beaujolais Nouveau, c’est avant tout une occasion pour faire la fête. Mais pas n’importe quelle fête, surtout pas une célébration huppée en costumes-cravates et robes longues. Non, la fête populaire avec vin rouge et cochonnailles au zinc du bistrot du coin.


L’occasion, c’est l’arrivée des premiers vins du nouveau millésime, pour goûter en avant-première à ce que les vignerons viennent de récolter. Donc, pas question de faire un grand vin qui demande plusieurs mois d’élevage, on va se contenter de cuvées rapides à produire. La technique de la macération carbonique, très utilisée dans le Beaujolais, est adéquate pour ça. Résultat, des vins plutôt simples mais bien fruités et faciles à boire. Parfaits pour fêter en toute simplicité !

Que nous donne le millésime 2017? Après quelques dégustations, aucun mauvais vin, signe d’une bonne année ! Revue de détail, mais sans se lancer dans des notes de dégustation approfondies, les vins nouveaux, c’est pour boire, pas pour faire une thèse.

Surprise du jour, l’étranger. Care Nouveau, c’est un vin nouveau espagnol, provenant de l’appellation Carinena en Aragon et fait de tempranillo et de grenache. En macération carbonique, bien sûr (c’est d’ailleurs une technique utilisée depuis longtemps en Espagne, notamment dans la Rioja). C’est simple et léger, fruité, peu acide (sans être sucré), ça goûte le vin et on en a pour son 11.85$.

Le Gamay Nouveau de la maison Georges Duboeuf vient d’Ardèche, avec de la fraîcheur, un beau côté fringant, du fruit et pour 12.95$, c’est plutôt bien réussi !

J’ai boudé le Beaujolais Nouveau de Mommessin depuis quelques années, mais la dégustation à l’aveugle de David Cobbold m’a convaincu de lui redonner une chance. Effectivement, on a affaire au prototype du Beaujolais Nouveau comme dans les livres, très beau nez, frais, fruité et gouleyant au possible. Mention bien pour 15.75$.

Un cran au-dessus, comme d’habitude, avec un peu plus de matière et un fruité mieux ciselé, le Gamay Nouveau les Griottes de Pierre Marie Chermette. Il m’a semblé qu’il n’avait pas le côté pimpant habituel des cuvées de ce vigneron mais on en a quand même pour notre argent (18.30$).

Le meilleur du lot à notre avis est encore une fois le Beaujolais Nouveau L’Ancien (car produit avec des vieilles vignes d’environ 45 ans) du talentueux Jean-Paul Brun. Plus de matière et le plus proche d’un Beaujolais pas vraiment nouveau ou plus complet, je ne sais trop comment dire. On peut aussi le boire à table avec plus qu’une assiette de charcuterie, je le verrais bien accompagner rôtis de porc ou de veau, par exemple. J’en ai mis une bouteille de côté pour déguster dans un an et ainsi valider le test de la semaine dernière : Le Beaujolais Nouveau un an après, c’est bon?

Pour compléter vos lectures sur le Beaujolais Nouveau, je vous recommande la très belle chronique du blogueur Vincent Pousson : Beaujolais mondial.

Bon Beaujolais Nouveau et à la bonne vôtre !

Alain P.

P.S. Bien entendu, si vous ne jurez que par les vins rouges costauds, charnus ou généreux, oubliez les vins nouveaux, c’est frais et léger "by design".

On a commencé à calculer les HippoNotes des 2017 au fur et à mesure que les critiques sont publiées. Cliquer sur les noms des vins pour accéder à leurs fiches.

<< Article précédent – En France IKEA vend du vin !


samedi 11 novembre 2017

En France IKEA vend du vin !

Vintersaga, c’est le nom de la boisson de Noël suédoise à base de vin et aromatisée aux épices (cannelle, cardamone et gingembre) que le géant du meuble vend à ses clients français pour 3 euros la bouteille. Les cépages ne sont pas précisés mais cela titre 12% d’alcool.



Évidemment, comme c’est un produit IKEA, un assemblage est requis avant de le servir sous forme de vin chaud additionné de raisins et d’amande (ajoutés dans la tasse) accompagné de biscuits au gingembre. Mais au moins il n’y a pas besoin de clef allen.

Le site web ne précise pas si elle est vieillie en fûts de bois pressé (aggloméré pour nos lecteurs français), qu’IKEA doit sûrement appeler Bårik.

À la bonne vôtre !

HippoVino

P.S. Chez IKEA Canada, la boisson Vintersaga existe aussi, mais c’est une version " cocalisée ", sucrée, sans alcool et à boire fraîche.



vendredi 10 novembre 2017

Hausse des prix des vins à la SAQ le 8 novembre dernier

Après plusieurs baisses de prix massives cette année, c’est un modeste retour à la hausse. Cette augmentation en date du 8 novembre avait été annoncée à l’avance par la SAQ. Elle fait partie du nouveau cycle de 2 augmentations par an (il pouvait y en avoir jusqu’à 7 dans les années précédentes) et inclut aussi les ajustements aux droits de douane et à la taxe d’accise fédérale.

Je dis modeste car cette hausse semble se situer autour de 30 cents la bouteille pour plusieurs vins, soit environ 2% pour un vin à 15$. On ne remonte donc pas aux prix qui avaient cours avant les baisses des derniers mois. 

Quelques exemples de changements :



Quinta das Setencostas Alenquer de 13.85$ à 14.20$

Versant Blanc Coteau Rougemont de 14.30$ à 14.60$

Laguna De La Nava Gran Reserva de 14.90$ à 15.25$

El Coto Rioja Crianza de 16.10$ à 16.45$

El Bonhomme de 17.95$ à 18.35$

Quelques bouteilles à plus de 20$ augmentent un peu plus :

Brolio Chianti-Classico de 22.05$ à 22.95$

Château Montaiguillon de 23.35$ à 23.95$



Pour certains vins la hausse est anecdotique, seulement 5 cents :

Yecla Castano Hecula de 12.50$ à 12.55$


Et on a même trouvé une baisse de 5 cents :

Meia Encosta Reserva Dão de 13.45$ à 13.40$

On remarque aussi que ce n’est pas une hausse généralisée car plusieurs vins sont restés au même prix, par exemple le Meia Encosta Dão, le Rocca delle Macìe Chianti Riserva, le Réserve Perrin Côtes-du-Rhône, le Santa Cristina Chianti Superiore, le Château Bouscassé Madiran ou le Château de Sancerre.

Précisons que ce billet n’est pas basé sur une analyse de tous les prix de tous les vins de la SAQ, mais le résultat d’une mise à jour des prix du site HippoVino sur une cinquantaine de produits, comme nous le faisons sur une base régulière. Nous continuons le travail et mettrons ce billet à jour si ce qui apparaît sur d’autres vins change le portrait d’ensemble.

Pour ceux qui recherchent des aubaines, plusieurs vins sont en rabais depuis hier (nous allons publier notre sélection des meilleurs choix dans les prochains jours) et il existe aussi les SAQ Dépôt.

À la bonne vôtre !

Alain P.

P.S. [Mise à jour du 15-11-2017] Le journal de Québec le Soleil a publié un article sur cette hausse de prix le 15 novembre, donc une semaine après le nôtre. Celui-ci contient des réponses du président de la SAQ à ce sujet ainsi que des données officielles. Celles-ci indiquent que 1650 produits (sur un total d’environ 12 000) ont été augmentés en tout, pour des montants entre 5 cents et 35 cents en général. Les baisses ont concernés environ 300 produits. Les raisons de la hausse incluent l’ajustement de taxe d’accise (comme nous l’avions indiqué), les variations de taux de change et des hausses demandées par certains producteurs. De notre côté, nos mises à jour de prix de cette semaine ont montré principalement des variations de 5 cents, en plus ou en mois selon le cas. Nos commentaires de la semaine dernière sont donc confirmés.


>> Article suivant –  En France Ikea vend duvin !

jeudi 9 novembre 2017

Le Beaujolais Nouveau un an après, c’est bon?

Pour ceux qui ne me connaissent pas encore, je précise tout de suite que j’aime bien les vins du Beaujolais en général et le Beaujolais Nouveau en particulier. Celui-ci n’est pas un grand vin, c’est bien sûr, mais je n’ai rien contre la simplicité et j’aime l’esprit de la fête du vin nouveau. Il faut dire que j’ai vécu quelques années à Lyon, ça évoque donc de beaux souvenirs. Si de votre côté vous n’aimez pas, rien de grave, c’est un sujet qui occupe environ 1% de ce blogue et il vous reste donc plein de choses à lire.


Dans les idées reçues sur le Beaujolais Nouveau, il y a la durée de conservation de ce vin primeur. Certains prétendent qu’il faut absolument le boire avant Noël, d’autres avant l’été suivant et sur les sites des producteurs, on vous dit qu’il se conserve un an sans problème.

Comme sur HippoVino on a pour mission d’informer nos lecteurs, on a fait une série de tests pour tout vérifier. On a commencé en février 2015 en débouchant une cuvée de novembre 2014, « Conservation des vins nouveaux : combien de temps? » Ce premier essai ayant démontré que les vins primeurs étaient encore bons en Février, on a donc recommencé l’année suivante en attendant l’été, « Testé pour vous : le Beaujolais Nouveau, 8 mois après !» Second verdict, le vin était encore très bon et même un peu meilleur qu’en novembre.

Cette année, nous avons complété la ronde de tests en débouchant avant-hier un Beaujolais Nouveau Trenel 2016. Précisons que je ne l’avais pas recommandé en novembre dernier, en raison de petits problèmes d’acidité volatile avec la bouteille débouchée à l’époque. Eh bien, après 12 mois de bouteille, c’est nettement mieux et cela donne un beau petit Beaujolais gouleyant, avec un fruité très franc, mais une finale plutôt courte. Je l’ai aussi fait tester à l’aveugle à un cobaye qui m’avait déclaré ne pas aimer le Beaujolais Nouveau (oui, si vous êtes invité à la maison, vous allez boire du bon vin mais vous risquez de participer à des expériences du genre, soyez prévenu). Mon cobaye jure maintenant qu’il aime le Beaujolais Nouveau quand il n’est plus nouveau ! Si vous lui en offrez une bouteille, il va la garder un an avant de la déboucher.

La durée de vie d’au moins un an annoncée par les producteurs est donc juste et le fait qu’on puisse encore en vendre à cette période n’est pas un scandale. Rappelons que le millésime 2016 avait été difficile pour le Beaujolais Nouveau en raison de vendanges trop tardives. Cette année, les vendanges se sont déroulées très tôt après une belle période ensoleillée, le millésime 2017 devrait donc être bien meilleur. Le journaliste David Cobbold a pu faire une dégustation en avant-première et le confirme. Nous, on vous en reparlera la semaine prochaine et je me propose aussi de refaire ce test de vieillissement l’an prochain avec une cuvée 2017.

À la bonne vôtre !

Alain P.

Nos billets précédents sur le Beaujolais Nouveau :




mardi 7 novembre 2017

Alerte vin chouchou : Château Mayne Guyon Blaye Côtes de Bordeaux

L’appellation Côtes de Bordeaux est un bel endroit pour dénicher de bons rapports qualité/prix dans le bordelais. Voici justement une belle bouteille, originaire de la région de Blaye, qui vient tout juste de réunir les critères pour être signalée comme vin chouchou (être recommandée par au moins trois critiques différents, dans le millésime actuellement disponible).

Le Château Mayne Guyon communique peu (site web minimal, page Facebook avec peu d’informations), sauf par ses vins, qui se distinguent dans de nombreux concours. Le millésime 2011 a trôné au sommet du Top 100 du magazine Wine Enthusiast. Les millésimes suivants ont gagné plusieurs médailles en France et en particulier le 2015, qui a récolté 3 médailles d’or (Concours des Vins de Mâcon, Concours des Vins d’Aquitaine et Concours International de Lyon).

Ici même, le Château Mayne Guyon 2015 a été recommandé par Philippe Lapeyrie (TVA – Salut Bonjour), Jean Aubry (Le Devoir) et Frédéric Arnould (Blogue Tout sur le vin). Ils lui ont trouvé punch, éclat et gourmandise, un côté onctueux et rondelet, avec une belle longueur en bouche. Bref, c’est du bien bon Bordeaux pour moins de 20$ !

Il est composé de 70% de merlot, assemblé avec du cabernet sauvignon et un peu de malbec. L’élevage se fait en fûts de chêne français, durant 9 à 14 mois selon les millésimes. Assez polyvalent, on peut le servir avec un steak-frites, des saucisses, côtelettes de porc ou un boudin noir poêlé.

Remarquons que c’est le premier Bordeaux à s’être qualifié dans les vins chouchous. 2015 était une bonne année dans le bordelais, mais ce domaine a bien tiré son épingle du jeu dans les millésimes précédents, on peut donc le qualifier de valeur sûre.

À la bonne vôtre !

Alain P.

Fiche HippoVino pour le Château Mayne Guyon Blaye Côtes de Bordeaux (Hipponote 3*, $$, SAQ : 19.50 $) avec liens vers critiques, producteur, fiche technique, agence et site de la SAQ. Si vous allez en Ontario, il se vend un peu moins cher à la LCBO (17.95$).

P.S. Pour nos lecteurs français, les 8 et 9 novembre 2017, c’est l’opération Blaye au comptoir à Paris. C’est donc l’occasion idéale pour découvrir les belles cuvées de cette appellation dans les restaurants parisiens. L’événement n’existe pas au Québec, mais rien ne vous empêche de faire votre Blaye au comptoir à la maison en goûtant au Château Mayne Guyon !


Cliquer ici pour voir toutes nos alertes vins chouchous (dont le millésime actuellement disponible est recommandé par 3 critiques ou plus).


vendredi 3 novembre 2017

Grande Dégustation de Montréal 2017, beaucoup de beaux vins à déguster

Comme amateur de vin, quand je mets les pieds à la Grande Dégustation de Montréal, je me sens dans le même état d’esprit qu’en entrant dans un magasin de jouets quand j’avais 6 ans… Tant de belles bouteilles que j’aimerais avoir dans ma cave !


Hélas, il est impossible de tout déguster, il faut donc faire des choix un peu déchirants, certains heureux, d’autres un peu moins. Si vous êtes de ceux qui vont y aller aujourd’hui ou demain, voici une liste de découvertes qui m’ont fait vibrer et qui seront bientôt ajoutées sur le site HippoVino.



Pour présenter les choses autrement, une petite liste de kiosques à visiter.

Les vins Gérard Bertrand, de belles cuvées du Languedoc.

La maison Paco & Lola, une cave coop de Galice qui fait de très bons albarinos.

La maison CVNE, dans la Rioja, et sa belle gamme de plusieurs Gran Reserva.

Le Château Croix de Labrie et son très bon vin de garage, Camille de Labrie.

Le vignoble chilien du Clos des Fous et toutes ses belles cuvées.

Le Mas Olivier qui produit du très bon Faugères.

Le domaine grec Alpha Estate et ses belles cuvées originales.

Les très bons Châteauneuf du Pape du Vieux Lazaret (maison Quiot).

De l’état de Wahington, l’École no 41.

De Champagne, les maisons Deutz et Billecart-Salmon.

Pour les amateurs de vins d’Alsace, les maisons Hugel et Willm.

Bonne grande dégustation et à la bonne vôtre !

Alain P.

P.S. Pour ceux qui ne peuvent être présents, nous reviendrons sur ces belles bouteilles dans les prochaines semaines, stay tuned.

jeudi 2 novembre 2017

Mascota Vineyards, les vins de Rodolfo "Opi" Sadler

J’ai découvert le malbec de la maison Mascota Vineyards, un vignoble argentin de la région de Mendoza, l’an dernier et il s’est tout de suite gagné une place comme vin de la semaine sur HippoVino Hebdo. Un bon rouge argentin, corsé, charnu, avec un beau fruité et des tanins très bien enrobés par 15 mois d’élevage en fûts, qui garde un bel équilibre et sans excès de bois. Du bien bon malbec !

Encouragé par cette belle découverte, j’ai décidé d’essayer cette année La Mascota Cabernet-Sauvignon, le vin le plus vendu du domaine. J’ai eu la preuve qu’en termes de cabs à prix abordable, l’Argentine concurrence sérieusement le Chili. Pour à peine plus de 16$, vous avez un cabernet-sauvignon fort bien fait, qui se comporte très bien à table, malgré des tanins un poil trop rêches pour siroter seul à l’apéro.

Finalement, au salon des vins d’Argentine, le mois dernier à Montréal, j’ai pu goûter le Cabernet Franc la Mascota et là, j’ai été renversé par la qualité et la précision de cette très belle bouteille. C’est un cépage que je pensais un peu inhabituel en Argentine, mais j’ai ensuite découvert qu’il est cultivé là-bas par plusieurs vignobles, beaucoup moins que le malbec bien entendu. La cuvée Mascota Cabernet Franc est une belle réussite, avec des tanins bien enrobés, un fruité délicieux, une texture très agréable en bouche et une belle finale. Excellent rapport qualité/prix !

Quelques renseignements sur le producteur. Mascota Vineyards, ce sont près de 100 hectares de vignes dans la région de Mendoza, situées pour la plupart près de la rivière du même nom, à une altitude entre 850 et 1100 mètres. Les vignes ont un âge moyen de 30 ans, les plus vieilles en ayant un peu plus de 40. Le winemaker est Rodolfo "Opi" Sadler, un fils et petit-fils de vignerons qui perpétue avec brio la tradition familiale, tout en travaillant avec des méthodes plus modernes. Sa réputation le place aujourd’hui parmi les meilleurs d’Argentine.

Au salon des vins d’Argentine, j’ai également goûté à leur cuvée Gran Mascota Malbec, un superbe malbec taillé pour la garde et la preuve que l’offre plus haut de gamme de la maison mérite notre intérêt. Actuellement, il est seulement disponible en importation privée auprès de l’agence Univins. Naturellement, tous ces rouges sont parfaitement adaptés à la cuisine argentine, plus précisément aux viandes grillées. Aérez les bouteilles avant le service. Si le Gran Mascota est prêt pour un séjour en cave d’une dizaine d’années ou plus, les autres bouteilles devraient se garder 5 ans sans problème.

À la bonne vôtre !

Alain P.

Cliquer sur les noms des vins pour accéder à leurs fiches HippoVino avec les liens vers critiques, fiches techniques, site SAQ (fiche du vin et disponibilité d’inventaire), producteur et agence.

La Mascota Malbec (Hipponote 3* $$ SAQ : 18.00$) – Attention, il n’en reste plus à la SAQ pour le moment.

La Mascota Cabernet Sauvignon (Hipponote 3* $$ SAQ : 16.15$)

La Mascota Cabernet Franc (Hipponote 3.5* $$ SAQ : 17.95$)