mercredi 31 octobre 2018

22 pages Facebook vin recommandées par HippoVino Hebdo

Chaque semaine depuis le mois d’avril, HippoVino Hebdo vous a recommandé une page Facebook parlant de vin et particulièrement intéressante à suivre. Voici notre compilation des meilleurs crus FB de 2018.


Vinformateur: la page Facebook du blogueur et blagueur Claude Lalonde; des histoires drôles sur le vin et aussi des comptes rendus de dégustations et de belles rencontres.

Club des Dégustateurs de Grands Vins : la page Facebook du blogueur Yves Mailloux, des recommandations de bonnes bouteilles et plein d’autres infos intéressantes sur le vin.

toutsurlevin.ca : la page Facebook du blogueur Frédéric Arnould de Tout sur le vin, qui partage ses nombreuses découvertes.

Terredevins: la page Facebook de l’excellent magazine français du même nom, tout plein d’informations intéressantes sur le monde du vin et c’est très bien écrit en plus !

Dans mon verre : la page Facebook du blogueur québécois Patrick Ayotte, où il partage ses découvertes, dégustations, coups de cœur, visites de vignobles et autres sujets vineux !

Exquis Magazine : la page Facebook du magazine québécois Exquis avec tout plein d’articles intéressants sur les vins, l’œnotourisme et les plaisirs gourmands.

Vignoble de l'Orpailleur, Économusée de la vitiviniculture : pour tout savoir sur le vignoble d’un vigneron  précurseur qui fut dans les premiers à oser la viticulture au Québec, sa page Facebook.

Domaine Queylus : pour la fête du Canada, nous avons choisi la page Facebook du Domaine Queylus, un vignoble fort intéressant de la Péninsule de Niagara, dirigé par le talentueux Thomas Bachelder.

Bonny Doon Vineyard : la page Facebook du fameux vignoble californien du non moins fameux Randall Grahm, dont nous avons beaucoup parlé sur le blogue, et qui ne parle pas seulement de ses vins.

Pares Balta : la page Facebook de ce beau domaine de Catalogne, qui parle de ses excellents vins et cavas ainsi que de leur vignoble, en français, espagnol, anglais et bien entendu en catalan.

Les Amis de Côté Châteaux : si vous ne connaissez pas l’excellent blogue de Jean-Pierre Stahl, grand reporter à France 3 Aquitaine, découvrez le à partir de sa page Facebook !

Les Méchants Raisins : la page Facebook du blogue et du guide de vins du même nom, animée par le trio de choc, Patrick Désy, Mathieu Turbide et Élyse Lambert.

A Walk on the Wine Side : oui, sa page Facebook et son blog sont en anglais, mais Mandi est vraiment intéressante à suivre, alors on vous la recommande chaudement !

Vins de Bourgogne : la page officielle du Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne, avec tout plein de vidéos, de photos, d’informations et de liens sur ces merveilleuses cuvées.

La Fête des vendanges Magog-Orford. Le grand événement de vin des Cantons de l’Est fêtait son 25ème anniversaire cette année.

iDealWine : la page de la célèbre maison française de ventes de vin aux enchères diffuse tout plein d’informations intéressantes sur le monde du vin.

Trialto Québec : la page de cette agence de vin qui fête ses 20 ans cette année diffuse plein d’information sur les vins de ses producteurs et leur actualité.

RéZin Sélection : la page Facebook d’une agence de vin très active sur les réseaux sociaux et qui parle très bien de l’actualité de ses producteurs.

Vins du Beaujolais : si comme nous vous aimez les belles cuvées du Beaujolais et de ses crus, ne manquez pas de suivre leur page officielle qui en parle d’une façon très vivante!

Gaudou : c’est la page Facebook du Château de Gaudou à Cahors, producteur de notre vin de la semaine du 17 octobre, et c’est à suivre pour découvrir la vie du domaine, dont les vendanges viennent de se terminer, ses vins et bien plus encore.

Bernard Magrez : la page Facebook de ce grand propriétaire de Châteaux bordelais et autres vignobles de par le monde parle aussi de ses nombreuses autres activités, notamment dans le monde des arts, mais on y trouve plusieurs notes très instructives sur le vin.

HippoVino : nous ne sommes pas objectifs du tout sur celle-ci, mais si vous êtes rendus jusqu’ici avec nous, vous aimez assez ce qu’on publie pour vous abonner à notre page !

À la bonne vôtre !

HippoVino

vendredi 26 octobre 2018

Alerte vin chouchou : Tons de Duorum Tinto Douro 2016

Pour les vins rouges du Douro qui offrent d’excellents rapports qualité/prix, la maison Duorum est une valeur sûre et sa cuvée d’entrée de gamme est remarquable. Le millésime précédent de cette cuvée Tons, 2015, avait déjà été salué par plusieurs critiques et la tendance se répète cette année avec le 2016.

http://bit.ly/2v3Wr27
De bonnes saveurs de fruits mûrs, une belle texture en bouche avec des tanins bien enrobés, un équilibre très réussi grâce à sa fraîcheur et une finale fruitée étonnamment longue pour une bouteille à seulement 13.70$, vous en avez vraiment beaucoup dans votre verre à un prix très abordable. Ces qualités sont soulignées cette année par Jean Aubry (Le Devoir), Yves Mailloux (Club DGV), Frédéric Arnould (Blogue Tout sur le vin) et Marc André Gagnon (Vin Québec).

Il en reste dans 120 succursales au moment d’écrire ce billet, vous devriez donc avoir de bonnes chances de vous en procurer, mais faites vite, il y en avait dans 134 magasins hier ! [Mise à jour 8-11-2018] Il s'est vendu beaucoup et le nombre de succursales a diminué rapidement mais il y en a dans 100 magasins le 8 novembre. Pour savoir où le trouver, cliquez sur sa fiche HippoVino (sur l’image de l’étiquette ou lien ci-dessous), puis allez sur l’onglet disponibilité.

Le nom Duorum signifie deux en latin et a été choisi car le domaine appartient à deux œnologues portugais de grand talent, José Maria Soares Franco et João Portugal Ramos. La cuvée Tons est un clin d’œil aux nombreuses tonalités de couleur que l’on peut voir sur le fleuve Douro.

Tons de Duorum est un rouge plutôt polyvalent, que je vous recommande particulièrement avec les viandes blanches un peu relevées, par exemple un poulet à la portugaise ou encore des rôtis de porc ou de veau. Il sera également très bon avec des grillades variées ou des plats végétariens réconfortants.

À la bonne vôtre !

Alain P.

Fiche du Tons de Duorum Tinto sur HippoVino (Hipponote 3* $ SAQ : 13.70$) avec informations détaillées et liens vers critiques, producteur, fiche technique, agence et site de la SAQ.

Ce domaine produit également une cuvée rouge plus haut de gamme tout à fait recommandable, Duorum Colheita Douro.


Cliquer ici pour voir toutes nos alertes vins chouchous (dont le millésime actuellement disponible est recommandé par 3 critiques ou plus).



mardi 23 octobre 2018

Le Top 15 des meilleurs vins en rabais à la SAQ jusqu’au 4 novembre

Ces rabais sont maintenant terminés, cliquer ici pour la promotion SAQ la plus récente

Notez que les vins de ce billet demeurent encore de bons achats à leur prix courant. En plus, certains sont disponibles dans les SAQ Dépôt où vous pouvez bénéficier de rabais en tout temps. Cliquer sur le nom du vin pour accéder aux détails et sa fiche et voir l'onglet disponibilité pour savoir où le trouver.

Belle sélection de bons vins en rabais à la SAQ ce mois-ci, même si la circulaire SAQ d’octobre-novembre 2018 met plutôt l’accent sur les spiritueux ! On en trouve à tous les prix et dans toutes les couleurs et il y a aussi un format magnum à un prix imbattable. C’est le bon moment pour faire des provisions !


Pour plus de détails sur un vin, cliquez sur son nom pour accéder à sa fiche avec les informations générales, les liens vers les critiques et la disponibilité dans les succursales SAQ. On y va par catégorie, mousseux, rosé, blanc en finissant par les rouges.

Deux beaux choix de bulles à prix très raisonnable

Cava Parès Balta Brut (Hipponote 3* $$ SAQ : 16.80$ en rabais à 15.80$). Ce très bon Cava bio produit avec les cépages traditionnels est une véritable aubaine saluée régulièrement par de nombreux critiques. Véronique Rivest le voit comme un mousseux frais comme le printemps, qui vous mettra le sourire aux lèvres, beau programme n’est-ce pas? Apéro et avec les fruits de mer.

Sieur D'Arques Première Bulle (Hipponote 2.5* $$ SAQ : 17.90$ en rabais à 15.90$). Cette Blanquette de Limoux offre des bulles aériennes et festives dans un style de mousseux tout à fait classique. Des touches de chardonnay et de chenin s’ajoutent au cépage mauzac pour une saveur un peu plus riche, mais sans se prendre trop au sérieux. Pour l’apéro ou avec le brunch.

Un rosé espagnol à tout petit prix

Borsao Rosado Seleccion (Hipponote 2.5* $ SAQ : 11.80$ en rabais à 10.80$). Un beau rosé de la maison Borsao, fait de grenache, bien fruité mais tout en restant sec, qui fait un malheur à l’apéro ou avec une pizza végétarienne ! Dans notre palmarès des meilleurs rosés à moins de 15$.

Un très beau blanc du Languedoc

Domaines Paul Mas Vignes de Nicole Blanc  (Hipponote 3* $ SAQ : 14.55$ en rabais à 13.55$). Cet assemblage de chardonnay, sauvignon blanc, viognier et picpoul donne un blanc à la texture un peu grasse, agréablement fruité et parfumé, mais avec une belle fraîcheur. Pour une assiette de saumon grillé ou au four.

Très beau choix pour les amateurs de rouges

De Gras Reserva Cabernet-Sauvignon Syrah (Hipponote 2.5* $ SAQ : 10.35$ en rabais à 9.35$). Ce beau petit rouge chilien est un assemblage de cabernet sauvignon et syrah. Agréable, facile à boire et sans défaut. Saveurs franches, du fruit, des notes épicées et un soupçon de boisé. Un rouge polyvalent pour les débuts de semaine.

Poças Coroa d'Ouro (Hipponote 2.5* $ SAQ : 13.75$ en rabais à 12.75$). Une aubaine portugaise du Douro, avec une belle richesse en bouche, du beau fruité et assez de fraîcheur pour garder son équilibre. Très polyvalent et un excellent rapport qualité/prix.

Réserve Perrin Côtes-du-Rhône (Hipponote 3* $$ SAQ : 15.45$ en rabais à 14.45$). On a toujours besoin d’un rouge du Rhône sous la main et celui-ci est réalisé par la famille Perrin, un gage de constance et de fiabilité. Toujours bien fait et aussi à son aise avec un poulet rôti qu’avec des viandes grillées.

Sella & Mosca Cannonau di Sardegna Riserva (Hipponote 2.5* $$ SAQ : 17.45$ en rabais à 15.95$). En Sardaigne le grenache s’appelle cannonau et cela donne ici un rouge généreux, assez puissant et riche en saveurs, mais au côté rustique qui appelle les viandes rouges braisées ou les grillades un peu épicées.

Castillo de Almansa Reserva en magnum (Hipponote 2.5* $$ SAQ : 20.95$ en rabais à 19.95$). Plutôt rare de voir un magnum en rabais ! Un tempranillo généreux en alcool, plutôt fruité et boisé, qui reste assez équilibré pour se boire avec pizzas ou viandes un peu relevées.

Quelques bouteilles plus typées nouveau monde

Antu Cabernet Sauvignon Carménère (Hipponote 3* $$ SAQ : 18.30$ en rabais à 16.80$). Un chilien bien charpenté mais aux tanins parfaitement enrobés, bourré de fruits mûrs avec des notes d’épices et de tabac, plus une très légère touche végétale. Un vin qui prouve qu’on peut rejoindre un large public sans forcer sur le sucre. Boire avec les braisés d’automne.

Cabernet-Sauvignon Bonterra (Hipponote 3* $$ SAQ : 18.95$ en rabais à 17.45$) et Liberty School Cabernet-Sauvignon Paso Robles (Hipponote 3* $$ SAQ : 20.00$ en rabais à 18.50$), deux bons vins californiens de cabernet sauvignon que l’on vient tout juste de recommander sur le blogue.

La Crema Pinot Noir Sonoma Coast (Hipponote 3.5* $$$ SAQ : 28.60$ en rabais à 26.60$). Le prototype des pinots noirs californiens tout en douceur en bouche, avec un boisé présent mais qui ne tombe pas dans les excès d’autrefois. Un bon achat en prévision de la dinde de Noël !

On finit la tournée en Italie, plus précisément en Toscane

Villa Antinori Toscana (Hipponote 3.5* $$$ SAQ : 23.20$ en rabais à 21.95$). Un rouge costaud et élégant à la fois, fait de sangiovese accompagné de cabernet sauvignon, merlot et syrah. Assez puissant mais bien équilibré, au style classique plutôt que bombe de fruits. Parfait avec un gigot d’agneau.

Le Volte Dell Ornellaia Toscana (Hipponote 3.5* $$$ SAQ : 28.55$ en rabais à 27.05$). C’est le troisième vin du fameux Ornellaia, fait surtout de merlot, avec du sangiovese et du cabernet sauvignon. Un super toscan avec de la profondeur, un beau fruité, une texture suave et une finale fort agréable. Parfait pour accompagner un filet mignon.

À la bonne vôtre !

Alain P.

<< Article précédent –  Le vin le plus cher de l’histoire

lundi 15 octobre 2018

Le vin le plus cher de l’histoire


La bouteille de vin la plus chère de toute l’histoire a été adjugée pour 558 000 $(US) (près de 725 000 $ CAD) chez Sotheby’s à New-York le samedi 13 octobre 2018. Quelqu’un a décidé de payer ce prix astronomique pour une bouteille de 750 ml de Romanée-Conti 1945 à l’étiquette tachée et partiellement effacée. Mais il s’agit d’une bouteille rare puisque seulement 600 furent produites pour cette récolte suivant tout juste la fin de la seconde guerre mondiale. C’est le dernier millésime de Romanée-Conti produit avec des vignes non greffées. Les ravages du phylloxéra ont obligé à les arracher tout de suite après, le vignoble étant ensuite replanté avec des ceps de pinot noir greffés sur des porte-greffes américains, comme tous les autres vignobles européens (à quelques très rares exceptions près).

La bouteille provenait de la cave personnelle de Robert Drouhin, qui a dirigé la grande maison de négoce Joseph Drouhin de nombreuses années avant de se retirer en 2003. Cette maison fut le seul distributeur du domaine de la Romanée-Conti pour la France de 1928 à 1964. L’authenticité du vin ne fait donc aucun doute, pas plus que le respect des conditions de conservation, les bouteilles revendues lors de cette vente n’ayant pas bougé de la cave depuis leur livraison du domaine. Ceci ne prouve malheureusement pas hors de tout doute que le vin soit encore vraiment bon à boire, mais de toute façon il serait surprenant que l’acheteur débouche cette bouteille, qui n’est plus un vin mais un objet de collection et de spéculation.

Cette vente de millésimes rares de grands bourgognes a déclenché une véritable frénésie chez les collectionneurs puisque l’estimation initiale de Sotheby’s pour la bouteille record était à 32 000 $(US). Une seconde bouteille identique était aussi en vente et fut adjugée 496 000 $(US). Trois magnums du millésime 1937 de la Romanée-Conti ont, pour leur part, atteint 310 000 $(US) et deux lots de trois bouteilles du Romanée-Conti La Tâche ont été adjugés pour 297 600 $(US) et 248 000$(US).

Pour mémoire, le précédent record du monde était détenu par une bouteille format jéroboam (3 litres) de Mouton-Rothschild 1945, adjugée pour 310 700 $(US) en 2007. Un format Impériale (6 litres) de Château Cheval Blanc 1947 avait aussi atteint304 375 $(US) en 2010. Pour le format standard de 750 ml, le record était à 233 000 $(US) pour une bouteille de Château Lafite Rothschild 1869.


Ceci dit, la frénésie des enchères ne touche pas que le vin, la bouteille de boisson alcoolisée la plus chère est en fait un whisky écossais de la maison Macallan de 1926 dont les flacons se vendent plus d’un million de dollars pièce.

Certaines personnes s’indignent qu’on puisse dépenser autant d’argent pour une bouteille de vin ou de scotch. Personnellement je pense que les gens ont le droit de dépenser leur argent comme ils veulent, tant que leurs folies ne mettent pas en danger l’intégrité physique ou psychologique des autres. La folie de ces prix n’a rien à voir avec le contenu des bouteilles. Celles-ci sont de purs objets de spéculation, comme peuvent l’être des timbres-poste, des voitures de collection, des livres anciens, bref tout ce qui peut se vendre aux enchères. Le seul inconvénient de ces prix astronomiques est qu’ils attisent la spéculation, même sur les millésimes plus récents. Il deviendra donc encore plus difficile d’acheter une bouteille de Romanée-Conti simplement pour la boire, ce que je trouve dommage. Mais il reste plein d’autres excellents vins destinés à être bus, comptez sur nous pour vous en recommander chaque semaine !

À la bonne vôtre !

Alain P.



mardi 9 octobre 2018

Du bon cabernet sauvignon de Californie à 20$ et moins !


Le climat de la Californie est bien adapté à ce prestigieux cépage aux racines bordelaises. Comme en plus il donne des vins très en demande sur le marché nord-américain, on en trouve une grande variété dans une large gamme de prix. Par contre, comme nous l’avions expliqué dans notre billet «Cabernet sauvignon, roi des cépages rouges », les choix à privilégier pour réaliser des vins de qualité impliquent des coûts de production plus élevés, ce qui se répercute sur les prix de vente. Les amateurs de rouges peuvent néanmoins étancher leur soif de cab avec ces trois agréables bouteilles californiennes sans dépenser plus de 20$.

Mon préféré est le Cabernet-Sauvignon de la maison Bonterra, qui provient en majorité de la région de Mendocino, située un peu au nord de la fameuse Napa Valley. Il reste loin des excès de certains cabs du nouveau monde, est toujours bien équilibré, joliment fruité avec juste ce qu’il faut de boisé rendre le tout agréable à un très large public. En plus il est certifié bio, ce qui assez rare en terre californienne, et il est disponible dans les SAQ Dépôt, ce qui vous permet de l’y payer à peine plus de 16$, avec la réduction de 15% pour tout achat de 12 bouteilles. Un rouge assez polyvalent pour viandes et grillades ou pâtes et pizzas un peu relevées.

Pour les amateurs de cabs au style nouveau monde plus marqué, je vous recommande d’essayer le Sebastiani Cabernet-Sauvignon, qui vient de la région de Sonoma, tout juste au nord de la belle ville de San Francisco. Ce domaine a été créé en 1904 par Samuele Sebastiani, fraîchement émigré de sa Toscane natale, a été développé par sa famille durant plus d’un siècle et est maintenant la propriété de Bill Foley depuis 2008 (pour les amateurs de hockey, c’est bien le président de l’équipe des Golden Knights de Las Vegas). C’est un rouge assez puissant, riche, bourré de fruit mûr, avec un boisé présent mais bien intégré, une texture soyeuse et une longue finale. Il est également disponible dans 9 succursales SAQ Dépôt sur 10, où il peut coûter seulement 17$ avec le rabais de 15%. C’est le compagnon des viandes rouges rôties ou braisées.

Finissons notre tournée avec un cabernet de la région de Paso Robles située plus au sud, à peu près à mi-chemin entre San Francisco et Los Angeles, le Cabernet-Sauvignon Liberty School. Souvent un peu plus austère que les deux précédents en raison d’un taux d’alcool plus faible et de tanins un peu plus carrés, il se distingue par davantage de complexité en bouche et un fruité légèrement confituré, qui en font un compagnon bien adapté aux viandes avec sauce barbecue.

À la bonne vôtre !

Alain P.

[Mise à jour 19-10-2018] Le Bonterra et le Liberty School sont en rabais à la SAQ du 18 octobre au 4 novembre 2018. Profitez-en !

Cliquer sur le nom du vin ou sa photo pour accéder à sa fiche détaillée avec liens vers critiques, producteur, fiche technique, agence et site de la SAQ.



>> Article suivant –  Le vin le plus cher de l’histoire

mardi 2 octobre 2018

Telmo Rodriguez, le vigneron aux racines profondes comme ses vignes

Rencontrer un vigneron célèbre comme Telmo Rodriguez est toujours un moment excitant. D’une part on sait qu’on va goûter des cuvées qui sortent de l’ordinaire, mais surtout c’est l’occasion d’en apprendre davantage sur son parcours, sa vision et son travail. Mais d’entrée de jeu, les choses ont pris une tournure originale. Si Telmo Rodriguez a commencé par présenter son cheminement, depuis les études d’oenologie à Bordeaux, les stages chez différents producteurs français, puis les débuts de ses nombreux projets viticoles aux quatre coins de l’Espagne, il nous a rapidement prévenu qu’il ne voulait pas être étiqueté comme un «flying winemaker » ni même comme un winemaker tout court. De plus, il n’aime parler ni des cépages qui composent ses vins, ni des techniques de vinification ou d’élevage.

À ce point, l’assistance était quelque peu perplexe et se demandait un peu de quoi nous allions parler. Aucun souci, Telmo Rodriguez devient un verbomoteur intarissable dès qu’il est question de l’Espagne, de ses vignobles et de sa viticulture. Il a soif de partager sa passion et de nous convaincre que son pays a une histoire vinicole aussi ancienne, riche et profonde que la France. Il est désolé du manque de reconnaissance des vignobles espagnols à l’étranger et est convaincu que, pour leur redonner leurs lettres de noblesse, il faut commencer par rechercher, recenser et faire connaître leurs grands terroirs. C’est la mission de la Compañia de Vinos Telmo Rodriguez qui compte maintenant environ 370 parcelles de vignes réparties dans plusieurs régions viticoles.

Ce jour-là, nous avons surtout discuté de son domaine de Galice, Ladeiras do Xil, un projet commencé en 2002 dans la ville de Santa Cruz et l’appellation Valdeorras. Le domaine produit deux cuvées de négoce de plus grande diffusion afin de se rentabiliser, deux beaux vins abordables dont nous avons parlé à quelques reprises : le Gaba do Xil Godello en blanc et le Gaba do Xil Mencia en rouge. Le Gaba do Xil Mencia 2016 dégusté à cette occasion est excellent, meilleur encore que les millésimes précédents, espérons qu’il sera bientôt disponible à la SAQ…

Mais ce domaine possède aussi quelques parcelles très spéciales. Celles plantées de cépages blancs, dans la zone de Ladeiras do Bibei, produisent le Branco de Sta Cruz, un très bon blanc qui n’est pourtant pas à la hauteur des attentes de notre vigneron perfectionniste, qui refuse de le qualifier de grand vin. Mais s’il est un jour disponible ici, il aura une place dans ma cave, grand vin ou pas !

Selon Telmo Rodriguez, les vrais grands  vins de ce domaine sont ses trois cuvées parcellaires rouges, et il affiche d’ailleurs fièrement sur leurs étiquettes Gran Vinedo de Galicia. Les cépages qui y sont cultivés en complantation sont Merenzao, Sousón, Treixadura, Godello Tinto, Brencellao, Doña Blanca et quelques autres variétés ancestrales, en plus du Mencia et de la Garnacha (il n’a pas voulu nous le dire mais c’est écrit sur le site web). Telmo Rodriguez est très fier de ne jamais vinifier de merlot ou de cabernet, seulement de vrais cépages espagnols et de préférence des variétés anciennes. C’est ainsi qu’il espère, selon ses mots, « découvrir le talent de ses vignobles ». Pour cela, les vignes sont souvent plantées et taillées à l’ancienne (bush vines) sur des sols arides qu’on ne peut que travailler manuellement avec beaucoup de difficulté et elles donnent des rendements très faibles. Les coûts sont donc très élevés et se reflètent dans les prix des vins, malgré tout très inférieurs aux grands crus français.

Les raisins sont récoltés à la main en petites cagettes, vinifiés en levures indigènes et les vins élevés en combinaison de fûts et foudres. Ils se distinguent par leur grande fraîcheur et une intensité minérale étonnante.

Le 2015 de la parcelle granitique As Caborcas m’a paru prometteur mais beaucoup trop jeune pour le moment,  je serais vraiment curieux d’y goûter dans 10 ans lorsque l’acidité et les tanins seront moins brutaux. O Diviso 2015 est déjà fort agréable et étonne par la richesse de son fruité, sa profondeur et sa longueur, mais il pourra aussi se développer en cave au moins 10 ans. Mon coup de cœur personnel de la journée est le Falcoeira “A Capilla” 2015, une merveille de pureté et de profondeur. Ma fiche de dégustation est restée blanche, avec simplement un dessin de 5 petits cœurs. Rien à dire de plus.

Merci à Étienne Bézard, à l’agence Trialto et bien sûr à Telmo Rodriguez pour cette belle rencontre.

À la bonne vôtre !

Alain P.

Les cuvées As Caborcas, O Diviso et Falcoeira “A Capilla” ne sont pas disponibles à la SAQ au moment d’écrire ces lignes. Ce document sera mis à jour lorsqu’elles seront arrivées en succursales SAQ Signature et nous vous en ferons part sur les réseaux sociaux.

Pour une autre vision, lisez ce qu’ont écrit d’autres participants à cette rencontre :