jeudi 19 octobre 2017

Plainte contre Sunwing, on annonçait du Champagne et servait du mousseux

Un client du Québec a réussi à faire les manchettes des journaux de vins anglais en essayant de poursuivre la compagnie aérienne Sunwing. Celle-ci promettait dans ses publicités un service au Champagne, mais à bord de ses avions en route pour Cayo Coco, c’est un vulgaire vin mousseux qui lui a été servi. Dans ses commentaires, le client mécontent ajoute que le mousseux a seulement été servi au voyage aller, qu’il y en avait tout au plus 2 onces et qu’il était versé dans un gobelet en plastique.

Aux bas prix où Sunwing vend ses vols et ses forfaits voyages, je ne suis pas surpris qu’il ne serve pas du Dom Pérignon. Mais comme le précise Me Paquette, l’avocat montréalais qui représente le plaignant, la question en est une de publicité mensongère, plutôt que de différence de saveur entre deux vins. Le marketing de la compagnie aérienne fait miroiter l’aura de prestige du Champagne et comme elle ne livre pas ses promesses, l’avocat y voit une forme de publicité malhonnête.

Par contre, Sunwing conteste la poursuite en expliquant que sa terminologie de « service au Champagne » visait à expliquer le niveau de service qu’elle offre plutôt que le type de boisson servie. On remarque quand même que désormais ses promesses se limitent sur son site Web au service d’un « Verre de vin mousseux de bienvenue.» Adieu Champagne !

Rappelons que le terme Champagne est une AOP, appellation d’origine protégée, et ne peut donc pas être utilisé pour des boissons ne respectant pas le cahier des charges de celle-ci. Un mousseux ne peut pas s'appeler champagne !

Si vous avez envie de vous gâter avec du vrai Champagne, on a 24 fiches de champagnes sur HippoVino avec les informations et liens vers des critiques pour guider vos choix.

Si vous souhaitez gérer votre budget de façon plus serrée, consultez notre Top 10 des meilleurs vins mousseux à 20$ et moins à la SAQ ou essayez notre vin de la semaine, un bon Crémant d’Alsace à 19.10$.

À la bonne vôtre !

HippoVino

P.S. Si vous lisez la prose marketing de Sunwing sur son site, vous remarquerez qu’elle ne se démarque pas par la qualité de son français. Le service de traduction n’a pas été gâté au champagne non plus…

P.S. bis : La demande de recours contre Sunwing date en fait de mars 2017, comme indiqué dans cet article du magazine Protégez-vous. On pourrait avoir des nouvelles de ce recours à partir de l'automne 2017 et nous mettrons ce billet à jour lorsque nous en saurons plus.

<< Article précédent  –  Vin, économie et prix Nobel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire