lundi 18 juin 2018

Les bouteilles de vin les plus chères du monde en 2018

La vente aux enchères des dernières bouteilles de  la cave du mythique vigneron Henri Jayer a fracassé des records à Genève samedi dernier : plus de 45 millions de dollars (CAD) pour 1064 bouteilles, dont 855 de format standard 750 ml et 209 magnums de 1.5 litres. C’est plus que deux fois et demi au-delà des évaluations les plus optimistes des experts.


Décédé en 2006 à l’âge vénérable de 84 ans, Henri Jayer est un vigneron de Bourgogne dont la réputation est aujourd’hui devenue carrément légendaire pour ses grands vins rouges. Le plus célèbre est son Clos Parentoux, dans l’appellation Vosne-Romanée, produit sur un terrain rocailleux si difficile à travailler, que ses propriétaires n’eurent aucune difficulté à le laisser s’en charger, moyennant la moitié des récoltes. En ayant décelé le véritable potentiel, il le leur racheta morceau par morceau et y produisit de 1978 à 2001 des cuvées que les collectionneurs s’arrachent aujourd’hui à prix d’or.

Le lot vedette de la vente aux enchères du week-end dernier regroupait 15 magnums de Clos Parentoux et s’est vendu plus d’1.6 millions de dollars. Le côté un peu triste de cette histoire est que très peu des bouteilles ainsi vendues seront bues par leurs acheteurs. Les vins d’Henri Jayer sont devenus des cuvées de collection, pour ne pas dire de spéculation. Ce sont des collections de timbres en bouteilles…

Si les vins d’Henri Jayer se vendent toujours très cher aujourd’hui, les bouteilles de cette vente étaient en plus très particulières, puisque c’était les dernières de la cave personnelle du vigneron. Elles étaient dans leur état d’origine « sur pile », c’est-à-dire embouteillées, mais sans capsules ni étiquettes. Les filles d’Henri Jayer les ont capsulées et étiquetées avant de les mettre en vente, mais ces bouteilles étaient dans un état de conservation parfait, qui leur permettra d’être bonnes à boire pendant encore plusieurs dizaines d’années. Elles pourront donc être revendues à plusieurs reprises.

Ces bouteilles « historiques » ont ainsi pu atteindre des prix stratosphériques alors qu’il s’agit de formats courants. Rappelons que l’an dernier c’est un format Jéroboam de 3 litres de la fameuse Romanée-Conti qui avait atteint 114 000 dollars aux enchères. De la même façon, la bouteille la plus chère de la SAQ est un format Impériale de 6 litres d’un Grand Cru de Bordeaux. Elle se vend « seulement » 19 000 dollars, mais pourra peut-être atteindre un prix record dans une vente aux enchères un jour, comme nous l’avions expliqué dans ce blogue.

Non, il n’y a pas de vin d’Henri Jayer à la SAQ ni sur le site HippoVino. Si vous voulez en acheter, il faut passer par les ventes aux enchères. Notez que le domaine d’Henri Jayer appartient maintenant à son neveu et s’appelle Domaine Emmanuel Rouget.

À la bonne vôtre !

Alain P.

Les photos sont tirées du site Web de Baghera Wines qui effectuait cette vente aux enchères.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire